» » Amélie Pichard : excentricité sensuelle

Amélie Pichard : excentricité sensuelle

Posté dans : Mode | 0

Une belle paire de chaussures, c’est un peu le dernier élément qui va sublimait une silhouette. C’est une image de notre personnalité, un moyen de nous différencier, de s’assumer.
Nous les femmes on y est complètement accro.

7

Alors si je devrais vous citer une de mes marques préférées de chaussures, je pense que la première qui me vient en tête est Amélie Pichard.
Pourquoi ?
Pour la diversité des modèles mais qui émanent d’une empreinte de style unique, pour son identité un brin kitsch tout en étant sophistiqué, parce que l’on ressent un véritable amour de la femme, mais aussi parce que ces créations sont tout simplement canons !

C’est lors de sa rencontre avec la célèbre cordonnière Madame Germaine en 2008 qu’Amélie, envoutée par les mélanges d’effluves de colle, de cuir et même de poussière, parfums symboliques de l’artisanat, tombe amoureuse du monde de la chaussure et sait qu’elle ne le quittera jamais.
Elle décide de monter sa propre marque et de partager son univers autour d’inspirations  personnelles, parfois excentriques et humoristiques, fondée sur ses fantasmes,  son regard porté aux femmes afin de les rendre sexys et décomplexées : les poitrines généreuses, Twin Peaks, les années 50 ou l’imagerie des années 90.

Aujourd’hui, la créatrice nous propose une gamme de chaussures mais également des accessoires, en commençant par ses légendaires pochettes ornées de son crocodile en métal doré ou encore des sacs à dos ultra-féminins.
Ainsi, les matières et les genres se mélangent pour nous offrir des créations audacieuses et sensuelles.

Et pour rendre hommage à Amélie Pichard, je terminerai cet article par une citation mémorable du fameux agent Cooper de Twin Peaks dont je suis également fan :
« Chaque jour, une fois par jour, faites-vous un cadeau. Ne le planifiez pas. Ne l’attendez pas. Laissez le venir. Cela peut être une nouvelle chemise, une sieste dans votre bureau, ou deux tasses d’un bon café noir bien chaud. »

Par Charlotte

Amélie Pichard
http://www.ameliepichard.com/

Répondre